Besoins en eau


Le pommier est un arbre de taille moyenne, qui peut atteindre un maximum de 10 mètres. Il vit dans les zones tempérées et, entre avril et mai, produit des fleurs blanches. C'est une plante qui craint la stagnation de l'eau, une cause potentielle de pourriture des racines et de maladies, c'est pourquoi elle doit être plantée dans des sols humides mais en même temps drainants. La quantité et la fréquence d'irrigation doivent dépendre de la saison: en hiver, les interventions doivent être limitées autant que possible, tandis qu'en été - et surtout pendant les périodes de sécheresse prolongée - l'eau doit être fournie à intervalles réguliers. Pour cet arbre, en particulier, il est bon d'utiliser une plante goutte à goutte et, en période de chaleur intense, de lui donner environ 100 litres d'eau par unité de surface tous les 10 jours.

Soins à prodiguer



Bien que les variétés de pommes soient toutes en moyenne tolérantes à la sécheresse, il est bon de fournir à la plante une quantité modeste d'eau, nécessaire pour faire mûrir les fruits de la manière la plus appropriée. Le pommier résiste également aux températures très froides et nécessite de nombreuses heures de soleil direct; il est également conseillé que les arbres soient placés dans des endroits frais mais pas excessivement ventilés. Il est conseillé d'effectuer un élagage de formation après la floraison des fleurs, en supprimant les branches trop volumineuses afin de garantir une bonne exposition de toutes les parties de la plante au soleil et une forme adéquate. Pendant la période d'août à octobre, il est important de récolter les fruits, en vérifiant leur maturité. Une pomme est mûre si, après rotation, elle se détache de la branche, entraînant avec elle le pendule.

Combien fertiliser



Le sol dans lequel se trouve le pommier doit être très riche en nutriments, afin de garantir une croissance luxuriante des fruits; de plus, il ne doit pas être excessivement calcaire ou extrêmement compact, afin de ne pas compromettre son drainage. Lorsque l'arbre est planté, il est important de donner 3 kilogrammes de fumier au sol; l'engrais peut être du fumier ternaire lent et mature. Cette plante a également besoin de grandes quantités d'azote, il est donc conseillé chaque année d'ajouter 60 grammes de sulfate d'ammonium au sol par unité de surface; à ce composé il faut ajouter tous les deux ans des composés très riches en phosphore et en potassium, pour éviter un appauvrissement du sol (et donc de l'arbre) de ces deux macroéléments importants.

Pommier: Maladies et ravageurs



Le pommier est sujet à l'attaque d'un grand nombre de parasites. Tout d'abord, les pucerons sont la principale cause de dommages aux plantes; ces minuscules insectes se nourrissent de la lymphe vitale de la plante et provoquent le flétrissement des feuilles et, dans les cas les plus graves, la mort de l'organisme tout entier. Pour l'élimination de ces parasites, il est possible d'agir manuellement, en les éliminant à l'aide d'un coton-tige imbibé d'alcool éthylique (si peu de spécimens sont présents), ou à l'aide d'un pesticide. Une autre menace pour l'arbre est représentée par l'attaque de l'araignée rouge. Ce très petit acarien se nourrit également de la force vitale de la feuille, se localisant principalement dans les organes végétatifs les plus jeunes et sur la face inférieure des feuilles. Suite à son attaque, les feuilles perdront la chlorophylle et n'auront pas la possibilité d'effectuer la photosynthèse, ce qui entraînera une nécrose des feuilles. Leur présence peut être limitée à la fois en utilisant des produits chimiques spécifiques et en réduisant la quantité d'azote fournie au sol.